Contenu

Conjoncture économique - Grandes cultures en Île-de-France 2017-2018

a) Résultats 2017
Après une année 2016 catastrophique, les résultats des exploitations de grandes cultures franciliennes ont retrouvé en 2017 un niveau plus « normal » grâce au rétablissement des rendements des principales cultures, plus en ligne avec les standards régionaux et même excellents pour les cultures industrielles (colza, betterave sucrière, pomme de terre) et le maïs. Toutefois, le maintien de prix déprimés (et la baisse des subventions à l’hectare) a limité la progression des résultats.

Les exploitations spécialisées en céréales et oléoprotéagineux ont ainsi en 2017 un résultat moyen de 37 k€ (résultat par unité de travail non salariée, charges sociales de l’exploitant déduites), ce qui correspond globalement au résultat moyen de l’ensemble des exploitations agricoles au niveau national.

Les exploitations ayant une part importante de cultures industrielles telles que la betterave (20 % des exploitations) ont, de leur côté des résultats supérieurs à celui des exploitations purement céréalières (44 k€ par UTANS, charges sociales de l’exploitant déduites).

Ces résultats restent néanmoins très en-deça de ceux des années 2007-2012.

b) Résultats 2018
En 2018, les rendements ont été décevants, en raison de conditions climatiques peu favorables (inondations en janvier, sécheresse estivale). Les prix des produits agricoles, céréales notamment, ont connu une hausse significative, à l’exception notable des betteraves sucrières. Ces 2 facteurs devraient pratiquement se neutraliser, et conduire d’une part à une augmentation limitée de la valorisation de la production des exploitations céréalières (environ + 6 %), d’autre part à un faible recul (- 1 à - 2 % %) pour les exploitations avec cultures industrielles.
La baisse tendancielle des subventions, la progression des charges d’approvisionnement (+ 3,6 % en 2018 en raison du renchérissement de l’énergie), et des charges sociales de l’exploitant conséquence du rétablissement des revenus en 2017, absorberont très certainement cette progression modérée de la production, et conduiront même à une baisse des résultats 2018 pour les exploitations comportant une part de betteraves sucrières.

Résultats RICA 2017 et éléments 2018 (format pdf - 255.4 ko - 15/03/2019)