Contenu

La conjoncture de Rungis : les tendances générales de la semaine du marché de gros

  • SEMAINE 32 (DU 25 AOUT AU 08 AOUT 2020)

fruits et légumes {PNG}Fruits et légumes
Les départs de la deuxième moitié des vacances se révèlent plus affirmés que la première. Les littoraux et la montagne attirent les touristes qui désertent les agglomérations. Le marché de Rungis est très calme. Les transactions se font a minima. La canicule de cette fin de semaine, 38 degrés prévus à l’ombre sur la capitale, n’invite pas à cuisiner ni à consommer certains produits comme l’endive ou le poireau par exemple. A contrario, la pêche, la nectarine et le melon font le bonheur des consommateurs. A noter, une envolée spectaculaire du cours du chou-fleur (+102,7%) à cause d’un creux de production mémorable.

viandes {PNG}Viandes
L’activité sur le marché est dans sa période la plus creuse de l’année. La restauration francilienne qui tourne au ralenti en raison de la crise du covid et de l’absence des touristes étrangers sur la capitale accentue plus encore cette année cette baisse d’activité.

Oeufs : La demande est faible. Les cours sont en baisse.

poissons {PNG}Produits de la mer et aquaculture
L’activité sur le littoral métropolitain pour cette première quinzaine du mois d’août s’accompagne d’une très forte demande sur ces lieux de vacances. Les produits de saison dont les poissons bleus à griller tels que les sardines ou les maquereaux, mais aussi les thons, espadons et rouget-barbets sont très prisés par les estivants.
Cette absorption d’une forte part de la production des pêches se traduit par un assèchement marqué des marchés intérieurs et particulièrement de la place parisienne. De ce fait et malgré une demande à l’étiage depuis quelques semaines sur le MIN de Rungis, le recul des apports permet une nette fermeté des cours dans l’ensemble des produits de la marée fine et de la marée courante. Seuls, la raie, le bar sauvage et le saumon, encore trop largement représentés, voient leurs cours décliner cette semaine.
Les chaleurs caniculaires persistantes ont fortement pénalisé la filière des produits de la mer. Les échanges en coquillages et en crustacés, comme pour toutes les espèces les plus sensibles sont fortement pénalisés.

Fleurs {PNG}Fleurs coupées
Avec les congés d’été et les fortes chaleurs, le marché est peu actif. Les transactions sont limitées, les grossistes et producteurs limitent les arrivages. Les cours peinent à se maintenir.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Accès aux archives sur 2 ans : cliquez ici

Accès à toutes les cotations du RNM : cliquez ici
Depuis le 01/01/2019, le Réseau des nouvelles des marchés (RNM) vous propose un accès gratuit et illimité à l’ensemble de ses données et messages.

Les bilans de campagne du RNM : cliquez ici