Contenu

La synthèse du mois - secteur marée

Décembre 2015 : des volumes et des cours en hausse à Rungis pour des fêtes plus intimistes

Les résultats enregistrés cette année au mois de décembre, et plus particulièrement lors des fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre, sont sensiblement supérieurs à ceux observés en 2014. Les volumes commercialisés progressent de 3% et atteignent 2 830 tonnes environ.
Comme à l’accoutumée, la restauration hors foyer génère l’essentiel de l’activité en première quinzaine. Les transactions concernent les produits de consommation courante tels que les filets frais de petits calibres et les poissons entiers standards (merlu, cabillaud, lieu, raie et saumon d’élevage). A cette période, les conditions de pêche sont difficiles et s’accompagnent d’un ralentissement notable des débarquements dans les ports du pourtour métropolitain, même pour les pêches industrielles. De ce fait et malgré des ventes limitées, notamment sur les marchés de plein vent, les cours de ces produits restent très fermes. Par ailleurs, les prix de certains produits festifs tels que les langoustines, le homard, la langouste et le tourteau s’élèvent discrètement mais progressivement. Ces hausses sont provoquées par une demande accrue des industriels de la surgélation, mais aussi par des stockages en viviers dans l’attente des fêtes.

L’accélération de l’activité est sensible en deuxième quinzaine. Les cours des huitres, du saumon fumé, de l’ensemble des petits coquillages et des crustacés s’élèvent soudainement. Ces hausses se répercutent également sur l’offre en poissons entiers tels que le saumon frais et le flétan qui tiennent lieu de matière première et sont très recherchés par les ateliers de fumaison. Cette progression des cours est régulière jusqu’aux fêtes de Noël : les cours atteignent alors leurs maxima annuels dans bien des cas. Consécutivement aux attentats de mi-novembre, on remarque cette année un sensible changement des habitudes pour la soirée de la Saint-Sylvestre. Les particuliers semblent préférer des repas plus intimistes qui profitent directement aux ventes de détail et limitent notablement la fréquentation des restaurants de la capitale. Les volumes vendus sont en conséquence nettement supérieurs cette année.

Pour en savoir plus sur le bar de ligne, le saumon, la langouste, les crevettes ou les huitres à Rungis à Noël et au Nouvel An :

2015_MENSUEL_decembre_def (format pdf - 330.5 ko - 20/01/2016)