Contenu

Les premiers trophées de la bioéconomie, édition 2019 GATICHANVRE, lauréat régional

Le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a organisé du 17 septembre au 15 novembre 2018 les premiers « trophées de la bioéconomie ».

Ces trophées récompensent des projets de filière, récents et aboutis, de valorisation non-alimentaire des bioressources qui peuvent se substituer au carbone fossile. Ils montrent ainsi que la valorisation de la biomasse peut offrir des solutions nouvelles, performantes et créant de la valeur ajoutée. Ces projets constituent ainsi de véritables leviers au déploiement de la bioéconomie.

Organisé en deux temps, ce concours repose sur une première sélection des projets au niveau régional, pour ensuite élire le lauréat national parmi les lauréats régionaux.
La consécration du lauréat national se déroulera le jeudi 28 février au Salon International de l’Agriculture avec la remise du trophée national par Monsieur le ministre de l’agriculture et de l’alimentation et de la dotation de 20 000€ par le représentant du Crédit agricole.

Les premiers Trophées de la Bioéconomie en Île-de-France

Au total, 5 candidatures ont été déposées en Île-de-France (55 au niveau national) et ont été expertisées et évaluées à l’échelon régional avant d’être présenté au jury national.
Outre la Caisse régionale du Crédit agricole, partenaire de l’opération, le jury régional, placé sous l’autorité de Monsieur le préfet de région, était composé des directions régionales impliquées sur cette thématique (Directions régionales et interdépartementales de l’équipement et de l’aménagement, de l’environnement et de l’énergie et de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt), de la Chambre d’agriculture de région, du Conseil régional d’Île-de-France et de la délégation régionale de l’Ademe.

Gâtichanvre, un acteur du territoire, lauréat francilien des premiers Trophées de la Bioéconomie 2019



Implanté au sein du parc naturel régional du Gâtinais français, Gâtichanvre Île-de-France SAS a mis en place une filière de production et de transformation du chanvre notamment pour la construction. Gâtichanvre Île-de-France SAS regroupe plusieurs dizaines d’agriculteurs sous contrat, cultivant plus de 700 ha de chanvre, ainsi qu’une unité de défibrage et de stockage, dont l’objet est de contribuer au développement d’une filière de production et de transformation du chanvre.

Le chanvre est une plante rustique et une culture « vertueuse » au faible besoin en eau, résistante aux maladies, couvrant le sol et étouffant les « mauvaises » herbes environnantes. Filière locale et à bas niveau d’intrants, la filière chanvre présente de nombreux avantages environnementaux (absence de traitements phytosanitaires, stockage du carbone, matière première de substitution…) qui soutient également le développement des territoires autour de circuits locaux et de qualité, reposant sur une économie circulaire.

Le chanvre est la bioressource par excellence

Transformé notamment en béton (mélange de chanvre, granulat et chaux), le chanvre possède des capacités de régulation thermique, d’isolation acoustique et de résistance au feu. L’isolation et le béton en chanvre permettent de réduire significativement l’impact carbone de l’habitat.
La fibre résultant de la transformation de la paille de chanvre rentre également dans la fabrication de matériaux composites (plastique de chanvre, thermoplastique…) réduisant également leur empreinte carbone.

La remise du diplôme régional à Gâtichanvre Île-de-France SAS, lauréat de ces premiers Trophées 2019 de la Bioéconomie se déroulera le jeudi 27 février (à partir de 12h) sur le stand du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation au Salon International du Machinisme Agricole (SIMA).

Les 4 autres candidatures franciliennes

  1. AgriCarbone
    Intermédiaire entre agriculteurs et industriels, la vocation de cette société est de commercialiser les coproduits des uns et des autres et ainsi de fluidifier et de rendre plus accessible le marché de la matière première. AgriCarbone prend en charge la collecte et la distribution de biomasse agricole non alimentaire de projets industriels et organise le retour au sol des coproduits
  2. Nifaya SAS
    Nifaya SAS propose des solutions visant à contribuer à modifier notre façon de consommer en favorisant le développement d’une agriculture durable respectueuse de l’environnement, en valorisant les déchets, en améliorant les conditions de vie des producteurs, et en développant l’entrepreneuriat en milieu rural.
    L’objectif de Nifaya SAS est de valoriser les biomasses d’origines végétales et animales les plus polluantes en les substituant aux combustibles fossiles.
  3. Polybiom SAS
    Structure regroupant plusieurs agriculteurs franciliens ayant pour objet de développer une filière structurée basée sur le miscanthus de la plantation à la valorisation en production de calorifique (chaufferie collective biomasse), en horticulture (paillis), en élevage (litière) ou destiné à une transformation industrielle (polymères, matériaux de construction).
  4. Association ZAH-ZéBU
    ZéBU, l’Écosystème des brasseries urbaines (Zone d’étude écosystémique sur le métabolisme des Brasseries Urbaines) est un projet collaboratif et expérimental de métabolisme urbain. Le projet ZéBU étudie les voies d’approvisionnement en matière premières des brasseurs urbains mais aussi et surtout les valorisation des filières de déchets brassicoles et notamment des drêches pour la réalisation de panneaux isolant en substitution d’autres matériaux.

Ces projets sont autant de témoins réussis d’une bioéconomie performante sur les plans économique, environnemental et social.