Contenu

Les rencontres de la filière

 
  • Rencontres du 19 novembre 2009

Ces premières rencontres sont venues concrétiser le travail de réflexion et de structuration conduit depuis bientôt deux ans par les acteurs de la jeune interprofession francilienne avec notamment le soutien de l’Etat dans le cadre du Contrat de projet Etat-Région. Elles ont rassemblé près de 200 personnes, propriétaires forestiers, exploitants, représentants de la 1ère et 2nde transformation du bois, architectes, exploitants de chaufferies biomasse, maîtres d’ouvrage ou collectivités intéressées par ces sujets.

Trois tables rondes « Agir en faveur du bois local », « Agir en faveur du bois énergie », « Agir en faveur du bois construction » ont permis d’exposer les enjeux et de faire des propositions en matière de mobilisation de la ressource forestière régionale et en matière de développement de l’usage du bois aussi bien pour l’énergie que pour la construction.

Cet événement a permis de rappeler que l’Île-de-France est aussi une grande région forestière mais que sa ressource est sous-exploitée et insuffisamment valorisée.

Le contexte de l’Île-de-France est pourtant particulièrement favorable : 1 million de logement à rénover, pour lesquels le recours au bois, matériau écologique, doit se développer ; des objectifs ambitieux en terme d’énergie renouvelable auxquels le bois doit largement contribuer, dans le respect de la réglementation en matière d’émissions atmosphériques, par une utilisation accrue dans des chaufferies collectives.

Tant pour la construction que pour l’énergie, l’enjeu se situe dans la transformation en matériaux de qualité d’une ressource abondante et de proximité, répondant aux exigences des maîtres d’œuvre. La question de l’industrialisation en Île-de-France de cette transformation a été ouvertement posée et débattue.

Les acteurs de la filière ont démontré qu’ils étaient motivés et prêts à poursuivre leur effort de structuration. Les pouvoirs publics, Etat, Conseil régional et organismes associés ont affirmé leur engagement à les accompagner dans cette démarche.

  • Rencontres régionales IAA/bois du 18 mars 2013

Tous les documents des rencontres régionales

Après 3 mois d’une consultation large et mobilisatrice lancée par le gouvernement, la préfecture de région et le conseil régional d’Ile-de-France ont restitué, le lundi 18 mars 2013, le résultat des rencontres régionales pour l’avenir de l’agroalimentaire et du bois en présence des acteurs de ces filières et du Délégué interministériel aux industries agroalimentaires.
Les industries agroalimentaires et les filières bois sont des acteurs économiques majeurs de la région Ile-de-France et un formidable atout pour son industrie autant que pour son territoire. Ces industries doivent aujourd’hui faire face à certaines faiblesses structurelles et à un contexte de forte concurrence internationale. Le rôle des pouvoirs publics est de les aider à mieux valoriser leurs productions et favoriser durablement leur compétitivité internationale, notamment pour le tissu des TPE et PME du secteur. L’Etat et la région souhaitent également faire de ce secteur un des vecteurs clé de la transition écologique de notre économie.
Déclinées autour de 6 ateliers thématiques pilotés par des responsables d’entreprise, ces rencontres regroupant professionnels, organisations professionnelles et interprofessionnelles, et administrations concernées ont permis d’identifier des actions destinées à lever les freins pesant sur la compétitivité et l’emploi des entreprises franciliennes de ces deux secteurs.
Ces propositions d’action concernent notamment les problématiques suivantes :

  • la mobilisation des dispositifs de financement nationaux ou communautaires pour d’une part préserver la présence d’outils de 1ère et de 2ème transformation sur le territoire francilien et d’autre part, faciliter l’accès à ces dispositifs pour les TPE et PME. A ce titre, cette réunion de restitution a été l’occasion d’une présentation par la Direccte et OSEO des dispositifs mis en place dans le cadre du pacte national pour la compétitivité, la croissance et l’emploi ;
  • l’attractivité des emplois dans ces deux secteurs. La formation a été identifiée comme un levier majeur pour faire connaître aux jeunes les métiers et les parcours de carrière. Il s’agira notamment de travailler en relation étroite avec les missions locales, de valoriser les parcours des apprentis et de mettre en place des tutorats ;
  • la facilitation de l’accès aux dispositifs d’information et d’aide. Cet accompagnement est notamment essentiel pour les entreprises de faible taille très présentes en Ile-de-France notamment à des moments stratégiques comme la reprise et la transmission d’entreprises ;
  • l’export et la visibilité des produits est bien entendu un sujet à part entière compte tenu de la renommée de la région Île-de-France et du déficit de la balance commerciale.

Ces réunions ont par ailleurs permis de mettre en avant l’importance et la valeur ajoutée des stratégies collectives intra ou inter-filières (« jouer collectif pour gagner collectivement ») et l’importance de la mise en relation des parties prenantes pour améliorer la diffusion et le partage de l’information.
Ces propositions d’action ont été transmises aux ministères chargés de l’agriculture, de l’agroalimentaire et du redressement productif afin d’alimenter les deux plans nationaux qu’ils préparent en faveur de la compétitivité des industries de l’agroalimentaire et du bois.