Contenu

La conjoncture de Rungis : les tendances générales de la semaine du marché de gros

SEMAINE 32 (6 AOÛT AU 11 AOÛT 2018)

fruits et légumes {PNG}Fruits et légumes
En cette première quinzaine d’août, la demande est à son point le plus bas. Les premiers retours sont encore trop peu nombreux pour compenser les nouveaux départs en vacances. La vague de chaleur se prolonge et les températures élevées finissent par avoir une incidence négative sur la consommation. Les fruits et les légumes à forte teneur en eau (concombre, melon, pastèque, salade) sont toujours plébiscités mais, en revanche, la tendance ne s’améliore pas pour la tomate avec une nouvelle crise de surproduction européenne qui contribue à alourdir les marchés. Les disponibilités restent mesurées en fruits à noyaux et les cours sont soutenus pour abricot, prune, pêche et nectarine. La chaleur altère rapidement la tenue des lots de fruits rouges dont les fourchettes de prix restent larges. Les premières pommes françaises de la nouvelle récolte sont mises en marché. Les fruits exotiques, tels que mangue et banane, se commercialisent toujours difficilement.

viandes {PNG}Viandes
Une fréquentation très réduite à cette période et l’effet néfaste de la canicule sur la consommation de viande limite fortement le commerce en produits carnés. Des arrivages ajustés permettent de maintenir les prix pour la plupart des espèces.

poissons {PNG}Produits de la mer et aquaculture
Les ventes sont très limitées toute la semaine. La fréquentation est quasi nulle sur l’ensemble de la période. L’offre, également très retenue, permet un relatif soutien sur les espèces encore recherchées telles que les poissons à griller et les poissons bleus en particulier.

Fleurs {PNG}Fleurs coupées
On entre dans la période la plus calme de l’année, de nombreux fleuristes ferment leur boutique et au moins 50 % des grossistes reprennent leurs activités aux alentours du 21 août. L’offre réduite est suffisante vu la faiblesse des transactions. Le temps chaud ne facilite pas le bon écoulement de la marchandise. Les cours se maintiennent difficilement. On observe des invendus à chaque fin de marché.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Accès aux archives sur 2 ans : cliquez ici