Contenu

Passer un bac général dans l’enseignement agricole c’est possible !

Et cela ne date pas d’hier !
Le Bac D ’« sciences agronomiques » est créé dans l’enseignement agricole en 1969, avec, ce qui est novateur pour l’époque, un enseignement d’écologie.
Le bac S « biologie-écologie » est créé en 1993 avec la spécialité EAT : écologie, agronomie et territoire permettant une approche systémique et pluridisciplinaire : c’est une des spécificités de l’enseignement agricole.

BAC général 2021

La réforme du baccalauréat concerne surtout l’organisation des épreuves : introduction du contrôle continu, cinq épreuves terminales, au lieu d’une quinzaine auparavant.

Préparer un Bac général "biologie-écologie" à caractère scientifique

Les élèves inscrits dans un établissement d’enseignement agricole suivront toutes les matières du tronc commun :16 heures par semaine qui apportent les bases communes à tous les bacheliers généraux. Ils choisiront 3 enseignements de spécialité en 1ère et 2 enseignements en Terminale.
Dans les lycées agricoles, les enseignements de spécialité proposés - "biologie-écologie", "mathématiques" et "physique-chimie" - offrent une approche scientifique complète associant les sciences fondamentales et l’approche du vivant.

Poursuite d’études supérieures

Offrant un apport scientifique, ce baccalauréat général réalisé dans l’enseignement agricole permet une poursuite d’études dans l’enseignement supérieur long (Universités, CPGE puis école de l’enseignement supérieur dont l’enseignement supérieur agricole : paysager et vétérinaire) ou dans l’enseignement supérieur court ( DUT, BTS/BTSA) dans les domaines du vivant.

Préparer au mieux son orientation

Les élèves qui souhaitent s’inscrire dans l’enseignement agricole peuvent contacter directement les établissements qu’ils soient publics et privés. Les établissements de l’enseignement agricoles qui proposent des formations en BTSA sont sur la plateforme Parcoursup.

Bon à savoir

Les effectifs des classes en bac général dans l’enseignement agricole sont limités ce qui permet d’effectuer de nombreuses sorties sur le terrain et également d’organiser un suivi plus individualisé des élèves.

1.Des enseignements optionnels propres à l’enseignement agricole
L’enseignement agricole offre la possibilité de suivre l’enseignement optionnel « écologie agronomie, territoire et développement durable » (EATDD) dès la classe de seconde. Cette option permet de s’initier aux sciences biologiques, à l’écologie, mais aussi à la compréhension des territoires. Cet enseignement optionnel devient « agronomie-économie-territoires » en première et en terminale générale.

Des enseignements optionnels permettent de valoriser des approches disciplinaires ( maths complémentaires, EAT) des pratiques sociales, culturelles ou professionnelles ( hippologie-équitation, section européenne, engagement citoyen ) ou une compétence sportive ( hand, rugby).
Options présentes en Ile de France

2.L’enseignement de spécialité biologie écologie
Cet enseignement de spécialité a pour objectif de participer à la construction d’une culture scientifique solide et à la formation de l’esprit critique. Il prépare ainsi aux études supérieures, notamment dans les domaines de l’agronomie, de l’écologie, de l’environnement, de la santé (humaine et animale) et du sport.

Le programme s’articule autour de thématiques reflétant les questionnements scientifiques et sociétaux : enjeux environnementaux (ressources, biodiversité, écosystèmes et climat) ; enjeux de santé publique (alimentation, environnement, activité physique, comportement à risques et patrimoine génétique).

Cet enseignement contribue également à inclure des situations concrètes dans les apprentissages (sorties sur le terrain, travail en laboratoire, rencontres avec des professionnels) et à rendre habituel l’usage des technologies de l’information et de la communication.

3.Le bac général dans l’EA : pour qui ?
Pour des élèves s’intéressant à des enjeux majeurs de notre société tels que la lutte contre le changement climatique, le maintien de la biodiversité ou la préservation des ressources terrestres.

Cet enseignement participe à la compréhension de ces enjeux, aborde le bon fonctionnement des systèmes vivants et interroge les responsabilités individuelles et collectives vis-à-vis des générations futures. La partie biologie aborde les enjeux de santé contemporains.