Contenu

Focus sur l’agriculture biologique en Île-de-France

Le premier salon Tech & bio est l’occasion pour la DRIAAF de faire un point d’étape sur le développement de l’agriculture biologique en Île-de-France.

Le programme Ambition bio 2022 présenté par le gouvernement va permettre de poursuivre le développement de la production et la structuration de cette filière dans le cadre du plan bio régional. Ce dernier copiloté par L’État et la Région fera l’objet d’échange au second semestre 2018 qui permettront d’adapter ce plan d’action aux nouvelles ambitions.

Une accélération du développement de l’agriculture biologique en Île-de-France

Cette forme d’agriculture connaît une forte dynamique avec une augmentation de 15% par an depuis 2015. Aujourd’hui, 294 exploitations sont conduites en agriculture biologique pour une surface de plus de 15 000 hectares.

6,3% des exploitations franciliennes sont engagées en agriculture biologique fin d’année 2017 dont 31 conversions (40% de plus qu’en 2016 avec 22 conversions).

L’observatoire régional de l’agriculture biologique en Île-de-France donne des chiffres plus complets permettant de mesurer par département et par type de productions la progression de l’agriculture biologique.

Le premier salon Tech & bio en Île-de-France

A l’initiative de la Chambre d’agriculture de région, s’est tenu le 20 juin 2018, pour la première fois en Île-de-France, le rendez-vous Tech & bio Cultures et filières à la ferme d’Armenon aux Molières (91).

Ce premier salon mis en œuvre par le pôle de compétitivité technique en agriculture biologique de la chambre d’agriculture a permis aux agriculteurs en système bio ou conventionnel, à des enseignants, des étudiants, des chercheurs, des conseillers de découvrir les dernières nouveautés techniques en agriculture biologique, de saisir des idées de valorisation et de trouver des réponses à des problématiques et projets.

4 pôles thématiques, des conférences technico-économiques et des tables rondes ont été l’occasion pour ces acteurs du monde agricole d’échanger, de débattre sur l’agriculture biologique en Île-de-France.

Lors de la table ronde "Alimentation de proximité et filière bio", Bertrand Manterola, directeur-adjoint de la Direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRIAAF) d’Île-de-France a rappelé les grandes orientations de L’État en matière d’agriculture biologique. L’engagement de L’État et de l’Agence de l’eau Seine Normandie (AESN) ont été soulignés afin d’accompagner le développement rapide de l’agriculture biologique en Île-de-France. Il rappelle que les moyens ont été mis en place par le Ministère de l’agriculture pour couvrir les besoins de financement de la conversion en bio. Il indique par ailleurs que les élus de l’agence de l’eau discutent actuellement du XI programme d’intervention de l’agence (2019-2024) et de la pertinence d’inscrire ces aides aux filières bas intrants dont l’agriculture biologique, comme une stratégie affirmée pour la protection de la ressource en eau.

Une nouvelle dynamique pour le plan bio régional État - Région à l’automne

La DRIAAF s’est engagée aux côtés de la Région Île-de-France pour relancer le plan bio régional Cette volonté commune permettra de mettre en œuvre conjointement la déclinaison en région du programme Ambition bio 2022 et l’objectif, pour l’agriculture biologique francilienne, du pacte agricole régional.

La DRIAAF contribue à l’observatoire régional de l’AB dans le cadre d’une convention tripartite GAB - État - Agence bio.

Elle encourage le développement de l’agriculture biologique dans les lycées agricoles.

Bertrand Manterola, directeur-adjoint de la DRIAAF Luis Da Costa, référent "Enseigner à produire autrement" Mohamed Aarabi, directeur de l'EPLEFPA de Saint Germain en Laye (78) Tounis Aoudjali-Tahir, directeur de l'exploitation agricole l'EPLEFPA de Brie-Comte-Robert (77) devant le stand de l'enseignement agricole au salon Tech & bio

Enfin, la DRIAAF soutient les filières bio en Île-de-France (grandes cultures, élevage, plantes aromatiques) dans le cadre des crédits animation de filières de produits issus de l’agriculture dont l’appel à projets régional 2018 vient de paraître sur son site.

4 questions à Luis Da Costa enseignant à l’EPLEFPA de Saint Germain en Laye (78) présents au salon Tech & bio

Pouvez-vous nous présenter votre mission au sein de l’enseignement agricole en Île-de-France ?
« Depuis 2014, je suis Référent "Enseigner à produire autrement". J’accompagne et apporte son appui à la mise en œuvre du projet d’établissement dans sa composante "Enseigner à produire autrement" au sein de deux établissements publics d’enseignement agricole d’Île- de-France : l’EPLEFPA de Saint Germain en Laye (78) et l’EPLEFPA de Brie-Comte-Robert (77). Mon action se veut donc locale mais aussi régionale. Je dois être l’interface des établissements d’enseignement, de la DRIAAF, et des partenaires concernés par cette problématique.

Mes missions sont :

  • Animer des réunions portant sur la thématique « enseigner à produire autrement »,
  • Participer au recensement des besoins de formation des personnels de notre établissement dans le domaine de l’agro-écologie et de son enseignement,
  • Mettre en relation et initier des coopérations entre recherche, formation et développement,
  • Organiser la diffusion et la circulation des informations entre les établissements du réseau régional et au sein de notre établissement,
  • Identifier, valoriser et diffuser les actions agro-écologiques spécifiques mises en œuvre sur l’exploitation agricole de notre établissement, la diffusion et valorisation s’entendent dans notre établissement mais aussi avec les autres établissements de la région. »

Être présent à Tech&bio, pourquoi ? Quel intérêt ?
« L’agriculture biologique est une des composante du "Produire autrement". L’AB est en plein essors en IDF : demande sociétale, augmentation du nombre d’agriculteurs en AB, volonté politique... »

Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Île-de-France s’est arrêtée assez longuement à votre stand. Pourriez-vous nous indiquer la nature de vos échanges ?
« Mme Pécresse a insisté sur l’importance de l’engagement de l’enseignement agricole dans l’agriculture bio mais aussi dans la production locale.

Présentation à Valérie Précresse, présidente du CR, de l'activité de légumes de plein champ bio par T.Aoudjali-Tahir (directeur de l'exploitation agricole au Lycée agricole de Brie Comte Robert)
Elle a été très intéressée notamment par les initiatives de l’exploitation agricole de l’EPLEFPA de Brie-Comte-Robert (77). Elle s’est longuement entretenue avec Tounis Aoudjali-Tahir (directeur de l’exploitation agricole au Lycée agricole de Brie Comte Robert).

Avez-vous pris le temps de visiter ce Salon professionnel international des techniques agricoles bio et alternatives ? Si, oui : qu’est-ce qui a retenu votre attention ?
L’AB est parfaitement intégrée dans le monde agricole régional. Ce n’est pas une activité marginale comme pourrait éventuellement le penser certains détracteurs. La filière est structurée et organisée.