Contenu

La conjoncture de Rungis : les tendances générales de la semaine du marché de gros

  • SEMAINE 32 (05 AOUT AU 10 AOÛT 2019)

fruits et légumes {PNG}Fruits et légumes
En Île-de-France, les températures reviennent sur des valeurs proches des normales saisonnières. La demande reste intéressée par les produits de saison mais les prix sont plus âprement discutés. Les cours s’orientent à la baisse en melon, tomate et concombre. En revanche, les cours sont plus soutenus pour des produits tels que le brocoli, le chou-fleur et l’artichaut dont les disponibilités sont plus mesurées En fruits, la demande se montre boudeuse pour les abricots avec une qualité souvent aléatoire des lots de Bergeron. Pêches et nectarines sont toujours majoritairement espagnoles et la demande ne se dément pas. Les rayons sont de plus en plus garnis de prunes de toutes sortes avec en produit phare, la reine Claude dorée et les premiers lots de mirabelle. La campagne de citron et d’orange en provenance de l’hémisphère sud se met en place. En mangue, les opérateurs israéliens prennent pied sur le marché avec des variétés spécifiques telles qu’aya et maya

viandes {PNG}Viandes
Cette semaine le secteur est toujours peu actif. Un bon équilibre entre l’offre et la demande permet le maintien des prix de la plupart des espèces.

poissons {PNG}Produits de la mer et aquaculture
L’activité sous la halle marque un nouveau ralentissement cette semaine. La fréquentation, par les acheteurs, du marché de Rungis est au plus bas de l’année. Seules quelques ventes résiduelles vers le détail traditionnel se joignent au flux des commandes, lui-même assez réduit. L‘essentiel des ventes de poisson frais se réalise actuellement sur les côtes du pourtour métropolitain où résident les consommateurs pendant l’été. Ce déplacement de l’activité avec les estivants s’accompagne d’un recul significatif des apports sur les marchés intérieurs qui permet un relatif soutien des cours malgré une demande au plus bas de l’année. Certaines espèces ou produits, trop peu représentés, profitent même d’une nette élévation des cours. C’est le cas pour la raie, la lotte et pour une bonne partie des filets frais. En fin de semaine, les cours de dégagement sont très bas et permettent l’écoulement quasi complet des resserres.

Fleurs {PNG}Fleurs coupées
On entre dans la période la plus calme de l’année, de nombreux grossistes et fleuristes ferment leur magasin. Les cours se maintiennent difficilement en raison de la faiblesse des transactions. Les envois en provenance de Hollande sont réduits. On observe tout de même des invendus.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Accès aux archives sur 2 ans : cliquez ici

Accès à toutes les cotations du RNM : cliquez ici
Depuis le 01/01/2019, le Réseau des nouvelles des marchés (RNM) vous propose un accès gratuit et illimité à l’ensemble de ses données et messages.

Les bilans de campagne du RNM : cliquez ici