Contenu

Les tendances générales de la semaine du marché de gros de Rungis

SEMAINE 28 (10 JUILLET AU 15 JUILLET 2017)

fruits et légumes {PNG}Fruits et légumes
Les fortes pluies enregistrées sur l’ensemble de l’hexagone durant le week-end et le début de semaine n’ont pas épargné l’Île-de-France. S’ajoutant aux nombreux départs en vacances, cette météorologie n’est pas pour améliorer une demande déjà en perte de vitesse en semaine 27. Malgré les efforts d’écoulement, les disponibilités toujours volumineuses deviennent pesantes. Les resserres sont nombreuses et le nombre de saisies atteint des niveaux record.
Le melon, en crise conjoncturelle (FranceAgrimer) est particulièrement concerné mais les fruits à noyaux ne sont pas en reste (abricot, pêche et nectarine). En revanche, les cours restent fermes en concombre et s’orientent à la hausse en tomate avec une diminution de l’offre. En salade, une amélioration se profile tandis que les cours sont revus à la baisse pour le chou-fleur et l’artichaut.
En fruits d’été, les campagnes ont une quinzaine de jours d’avance et les ventes sont laborieuses au regard d’une hétérogénéité des lots. En citron, Argentine et Afrique du Sud rivalisent avec l’Espagne. L’Afrique du Sud se positionne également sur le marché de l’orange. Dans ce contexte, les fruits exotiques perdent de leur attrait et les cours restent difficilement soutenus en banane.

viandes {PNG}Viandes
Le départ des franciliens vers leurs lieux de villégiature entraîne un affaiblissement de la consommation en Ile de France et, par conséquent, une baisse de la demande à Rungis. Les grossistes adaptent leurs approvisionnements. Les cours sont stables, en général, tout au long de la semaine pour le secteur des viandes. Ils sont, malgré tout, en léger repli par rapport à la semaine précédente, mis à part ceux du porc qui sont plus fermes.

poissons {PNG}Produits de la mer et aquaculture
Les congés scolaires et le net recul de l’activité de la restauration collective s’accompagnent d’un ralentissement notoire des échanges en produits standards. La demande décroît en filets frais, en saumon entier et dans tous les poissons blancs entiers. Les conditions climatiques, plus aléatoires, marquent également un frein à la consommation des espèces à griller. Les cours sont difficilement soutenus malgré des apports très en retrait, conséquence d’une accélération des ventes sur le littoral.

Fleurs {PNG}Fleurs coupées
En cette semaine du 14 juillet, les grossistes limitent leurs arrivages. La demande est faible et concerne essentiellement les mariages. Certains producteurs ne se sont pas déplacés mardi. Les cours restent stables

Pour en savoir plus : Note_conjoncture_Rungis_marche_gros_28-_2017 (format pdf - 357.7 ko - 17/07/2017)
Archives 2017
Archives 2016
Archives 2015