Le chiffre du mois – août 2022 : 83 quintaux/hectare, le rendement estimé du blé tendre en légère hausse en Île-de-France malgré un printemps et un été exceptionnellement chauds et secs

publié le 8 septembre 2022

D’après les premières estimations issues des données des collecteurs [1], le rendement en blé tendre, s’élèverait en 2022 à 83 quintaux/hectare (qx/ha), soit une hausse de 3 qx/ha par rapport à la moyenne olympique [2]. Ce chiffre sera affiné courant septembre avec le résultat de l’enquête “Terres labourables” [3].

Un bon rendement est également observé pour les principales cultures de céréales et oléoprotéagineux (COP) qui ont été récoltées au courant de l’été, y compris pour le pois malgré un début de saison difficile en raison de la sécheresse printanière.

Source : Agreste Ile de France Conjoncture n°08 Août 2022

Le profil météorologique de la campagne 2021/2022 indique que les pluies d’avril et de juin ont permis de sauver, pour ces cultures, une campagne marquée par des températures constamment supérieures aux normales saisonnières et par des mois de mai et de juillet exceptionnellement secs.

Sources : Météo-France, traitement DRAAF/SRISE

Il faudra toutefois attendre les premières estimations de rendement des cultures de printemps (maïs, betterave sucrière, tournesol…), potentiellement plus exposées à une sécheresse prolongée, pour avoir un bilan complet de la campagne 2022 très atypique du point de vue météorologique.

Pour en savoir plus
Récolte francilienne 2022 : précoce, rapide, avec des rendements revus à la hausse et une qualité globalement satisfaisante

[1Etablissements qui collectent et stockent les récoltes

[2La moyenne olympique correspond à la moyenne des rendements sur les cinq dernières années (2017 à 2021) auxquels on a retiré le plus faible et le plus fort rendement

[3Cette enquête a pour objectif d’estimer les rendements d’une trentaine de cultures issues de terres labourables (dites aussi “grandes cultures”) aux niveaux départemental, régional et national. Elle peut également être utilisée pour l’estimation précoce de l’évolution des surfaces cultivées. Cette enquête est réalisée chaque année en deux vagues par le Srise de la Driaaf Île-de-France. Elle porte sur un échantillon de 425 exploitants agricoles auxquels il est demandé de préciser la surface principale et le rendement de l’ensemble des cultures présentes sur l’exploitation, ainsi que sur les prévisions de semis pour l’année suivante