Le chiffre du mois - Avril 2022 : L’environnement économique des exploitations de grandes cultures fortement perturbé par les poussées inflationnistes

publié le 25 avril 2022 (modifié le 1er mai 2022)

Le prix des engrais a plus que doublé depuis 2020

La reprise économique post-covid et le conflit armé aux portes de l’Europe ont un impact inflationniste important, qui modifie l’environnement économique dans lequel évoluent les exploitations franciliennes de grandes cultures.

Cette progression des prix concerne en particulier les intrants et d’une manière plus générale les charges des exploitations agricoles. L’indice général des prix des intrants a augmenté de 41 % entre 2020 et les premiers mois de 2022. Les postes les plus critiques sont les engrais (+ 122 %) et les carburants (+ 49 %). La progression des prix est beaucoup plus limitée pour les semences (+ 4 %), tandis que les prix des produits de protection des cultures s’effritent (-2 %). Au-delà de l’aspect inflationniste, l’approvisionnement des exploitations franciliennes pourrait être compromis, en engrais notamment.

Indices des prix d’achat des moyens de production agricole (IPAMPA) - période 2015-2022

Les prix des produits agricoles ont subi également une forte augmentation depuis plusieurs mois. Une première hausse était intervenue à la fin de l’année 2020 ; après un léger fléchissement des prix, une seconde vague, plus importante, a démarré au milieu de l’année 2021 et a porté les prix des céréales et des oléoprotéagineux à de très hauts niveaux.
Parmi les cultures les plus semées en Île-de-France, les hausses les plus importantes depuis 2020 concernent le maïs (+ 88 %), l’orge (+ 69 %), notamment l’orge de brasserie (+ 99 %), et le colza (+ 67 %). Le blé tendre, culture phare de la région progresse de + 42 %.

Indices des prix agricoles à la production (IPAP) - période 2015-2022


Les résultats du réseau d’information comptable agricole (RICA) pour l’exercice 2020 permettent d’évaluer l’importance des différents postes concernés, de produits comme de charges, à l’échelle micro-économique de l’exploitation francilienne de grandes cultures comme à l’échelle macro-économique régionale - avant ces poussées inflationnistes.

Ces montants sont présentés dans le tableau ci-dessous.
Les valeurs des céréales produites et du colza représentent respectivement 50 % et 12 % de la production de l’exercice pour les exploitations de grandes cultures franciliennes en 2020.
Les charges d’approvisionnement représentent en moyenne 38 % des charges totales des exploitations.

Estimations régionales des postes de produits et de charges en 2020 - variations des indices IPAP et IPAMPA depuis 2020

Avertissements :
Postes de produits et de charges du RICA : les montants par exploitations et par ha se rapportent aux exploitations de grandes cultures d’Île-de-France de production brute standard (PBS) supérieure à 25 000 €/an, dont la surface agricole utile moyenne s’élève à 162 ha (RICA 2020). Les estimations des montants régionaux ont été obtenues par application des valeurs par ha aux surfaces totales des exploitations de grandes cultures estimées dans le recensement agricole 2020.
Variations des indices de prix : il s’agit des variations entre d’une part la moyenne des indices mensuels des 6 derniers mois disponibles (septembre 2021 - février 2022) et l’indice moyen 2020, et d’autre part entre la moyenne des indices mensuels des 2 premiers mois de l’année 2022 et l’indice moyen 2020.

Pour en savoir plus, cliquez sur les liens ci-dessous :
- les indices IPAMPA France et Île-de-France
- les indices IPAP et IPAMPA France
- les résultats des exploitations agricoles - RICA 2020 - France - Chiffres & Données par OTEX
- la lettre de conjoncture agricole nationale en avril 2022
- la note de conjoncture régionale d’Île-de-France - avril 2022