Actualités de 2022

Le Réseau des nouvelles des marchés (RNM) vous propose un accès gratuit et illimité à l’ensemble de ses données et messages.

 

Le mémento de la statistique agricole régionale 2021 est disponible en ligne. Il intègre les 1ers résultats du recensement agricole 2020.

 

La note de mai est sortie :
Campagne agricole millésimée 2022 : la sécheresse printanière précoce dégrade
les conditions de cultures des céréales en Île-de-France

 

Avec 221 000 ha et 39 % de la SAU régionale en 2021, le blé tendre est de loin la première culture francilienne. Sa part dans la valeur de la production végétale régionale est plus limitée à 23 % (et 20 % rapportée à la production régionale totale hors subventions).

 

Le prix des engrais a plus que doublé depuis 2020. Les indices des prix agricoles à la production (IPPAP) et des prix d’achat des moyens de production agricole (IPAMPA) permettent de suivre, mois après mois, l’impact le plus immédiat de l’inflation sur l’agriculture francilienne (...)

 

Les femmes représentent 29% de l’emploi permanent des exploitations agricoles en Île-de-France. 49 % d’entre elles sont cheffes d’exploitation, co-exploitantes ou associées ; 17 % font partie de la main d’œuvre familiale et 34 % de la main-d’œuvre non familiale des exploitants.

 

Les premiers résultats du recensement agricole 2020 confirment un certain nombre de tendances d’évolution de long terme de l’agriculture francilienne, avec le plus souvent un ralentissement marqué. A côté de ces tendances, plusieurs infléchissements sont observés et mettent en évidence les efforts des exploitations pour s’adapter aux changements de leur environnement technico-économique.

 

Le recensement agricole 2020 a permis d’actualiser cette donnée. La SAU moyenne des exploitations de grandes cultures était de 136,4 ha en 2010. Elle a augmenté d’environ 14 ha, soit + 9,6 %.

 

Vidéo présentant les premiers chiffres du RA 2020 en Île-de-France

 

Les années se suivent et ne ressemblent pas. Après 3 années marquées par une sécheresse estivale et un rendement du maïs plafonnant à 83 q/ha, cette culture approche avec 108 q/ha le record établi en 2017 à 111 q/ha. La betterave sucrière retrouve quant à elle, avec 82 t/ha, un rendement proche de la moyenne quinquennale, double du calamiteux résultat de 2020 conséquence d’une attaque virale de jaunisse véhiculée par les pucerons (39 q/ha).