Contenu

Touche pas à mon arbre ? Des états généraux francilien de la forêt sans langue de bois !

Le 13 avril 2021, en présence de M. Pierre-Antoine Molina, préfet, secrétaire général aux politiques publiques, de la préfecture de région d’Île-de-France s’est tenue, en visio-conférence, la 2ième édition des États généraux de la forêt et du bois. Organisée par FIBois Île-de-France, en partenariat avec Le Monde, l’Office national des forêts et Les Nuits des Forêts, cette deuxième édition a réuni plus de 2200 participants.

Ces États généraux ont rassemblé des experts de la filière forêt-bois, scientifiques, philosophes, écrivains ou élus invités à débattre sur le rôle de la forêt et du bois à travers l’injonction “Touche pas à mon arbre ?". Cf. Programme

Faire dialoguer des points de vue différents


FIBois Île-de-France se félicite d’avoir réuni 2 200 spectateurs en une après-midi autour des questions fondamentales et propres à la filière forêt-bois. L’association qui fédère depuis 2004 l’ensemble des professionnels de la forêt et du bois en Ile-de-France espère avoir démontré que face à l’urgence climatique et l’objectif de neutralité carbone à horizon 2050 sa filière est un pilier de la transition écologique.

Pendant 4 heures, toute la société civile est venue débattre afin de créer une intelligence collective et planter une vision pour le futur. Tous les points de vues ont pu se faire entendre afin de dessiner l’image la plus complète possible de l’avenir de la gestion forestière et des usages du bois dans nos vies. FIBois Île-de-France a également pu montrer des actions concrètes, notamment à travers le PACTE Bois-Biosourcés ou encore le projet PROBOIS.

En s’adressant à une audience large et en sensibilisant le grand public aux enjeux de la filière FIBois Île-de-France a initié une dynamique qui se poursuivra du 2 au 4 juillet avec Les Nuits des Forêts et du 15 au 17 juillet lors du Forum Bois Construction au Grand Palais éphémère.

Rôle de l’état dans le domaine de la forêt en Île-de-France ?


Source Tweet de la Préfecture de Région

Pierre-Antoine Molina, préfet, secrétaire général aux politiques publiques, de la préfecture de région d’Île-de-France a rappelé, lors de l’introduction des États généraux, le rôle de L’État dans le domaine de la forêt :

  • Protéger les forêts avec le label forêt de protection. L’enquête sur la forêt de Bondy démarre le 19 avril. Déjà 64 000 hectares sont déjà protégés. Et d’autres vont suivre dans d’autres massifs forestiers.
  • Promouvoir la multifonctionnalité de la forêt (récréative, environnementale, économique) au travers de l’opérateur l’ONF (Office national des forêts), et des partenariats dont le Conseil régional, avec le plan régional de la forêt et du bois 2019-2029 et la feuille de route triennale avec la métropole du Grand Paris.
  • Soutenir l’interprofession dont FiBois et plus généralement la filière avec les directions de la DRIAAF et de la DRIEA.

Ce sont autant de sujets qui requièrent de travailler ensemble plus efficacement au service des Franciliens.

Le volet forestier du Plan de relance, variété des actions en île-de-France

Source DRIAAF

Le PACTE Bois Biosourcés, signé le 05 novembre 2020, sous le haut patronage du préfet de région


Afin d’atteindre l’objectif de la neutralité carbone à horizon 2050, la Stratégie Nationale Bas Carbone prévoit la réduction de 49% de l’empreinte carbone du secteur du bâtiment en 2030, par rapport à 2015. Réponse imparable, les constructions en bois et matériaux biosourcés représentent jusqu’à 60% de gaz à effet de serre en moins par rapport à des constructions en structure en béton, et les bâtiments continuent à stocker le carbone pendant toute leur durée de vie.

Aujourd’hui en Île-de-France, région qui concentre près de 30% des parts de marché du secteur du bâtiment en France, les plus grands aménageurs et maîtres d’ouvrage s’engagent pour la construction durable en signant le PACTE Bois Biosourcés.

Ce PACTE vise à ce que chaque signataire s’engage à réaliser jusqu’à 40% de sa production francilienne en bois et en biosourcés. 1,2M de m2 doivent être construits en bois (soit 300 000m3).

Retrouvez l’ensemble des interventions et échanges dans le Webinaire Touche pas à mon arbre ?