Contenu

La conjoncture de Rungis : les tendances générales de la semaine du marché de gros

  • SEMAINE 02 (DU 11 JANVIER AU 16 JANVIER 2021)

fruits et légumes {PNG}Fruits et légumes
Les marchés manquent de dynamisme en ce début d’année. Les consommateurs ne s’empressent guère au lendemain des fêtes de fin d’année et les conditions météorologiques ne sont pas des plus stimulantes. Néanmoins et malgré un nouvel élargissement des contraintes sanitaires, un courant de vente se maintient grâce aux besoins de couverture du commerce de proximité. Les apports espagnols restent très limités compte tenu des pertes occasionnées par le dépression Philomena et les cours s’établissent à des niveaux élevés pour l’aubergine, la courgette, le concombre et le brocoli. Avec un report de la demande, les prix sont également soutenus pour toute la gamme des légumes d’hiver issus de la production française (mâche, endive, chou-fleur, chou vert, poireau). En fruits, la campagne espagnole de fraise continue de se développer dans un contexte d’offre limitée. La demande est régulière en pomme et poire mais la demande reste principalement orientée vers les agrumes dont la gamme s’élargit avec les premiers hybrides tardifs (clemenvilla, ori, nour) et les premiers arrivages d’orange maltaise de Tunisie.

viandes {PNG}Produits carnés
Comme tous les ans à cette période de l’année, l’activité est assez réduite dans le secteur des produits carnés. Les ventes des produits à consommation hivernale représentent une grande partie de l’activité.

poissons {PNG}Produits de la mer et aquaculture
Le retour à un volume d’approvisionnement normal s’accompagne d’un recul marqué des cours malgré une demande plutôt croissante sur le marché parisien. Les consommateurs se détournent des produits fins, des coquillages et des crustacés au profit des espèces de consommation plus courante. Le recul des cours est moins marqué pour cette catégorie de produits.

Fleurs {PNG}Fleurs coupées
La situation sanitaire s’aggrave et les mesures gouvernementales se raffermissent. Les fleuristes se sont réapprovisionnés de façon succincte cette semaine, en attendant la prise de parole du Premier ministre ce jeudi soir. Le couvre-feu avancé à 18 heures pénalise énormément l’activité florale qui se voit amputer d’une tranche horaire propice au commerce. Les grossistes craignent un troisième confinement qui serait catastrophique pour la filière. Les cours sont diversement orientés.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Accès aux archives sur 2 ans : cliquez ici

Accès à toutes les cotations du RNM : cliquez ici
Depuis le 01/01/2019, le Réseau des nouvelles des marchés (RNM) vous propose un accès gratuit et illimité à l’ensemble de ses données et messages.

Les bilans de campagne du RNM : cliquez ici