Contenu

La conjoncture de Rungis : les tendances générales de la semaine du marché de gros

  • SEMAINE 03 (DU 17 JANVIER AU 22 JANVIER 2022)

fruits et légumes {PNG}Fruits et légumes
Le rafraîchissement de températures amoindrit la fréquentation des marchés forains. Sur le marché de Rungis, les acheteurs sont prudents. Les cours de certains produits espagnols, aubergine, courgette sont revus à la baisse. En avocat, la demande ne se dément pas et les cours restent fermes. Le chou-fleur, l’endive et le poireau sont déclarés en crise conjoncturelle. En revanche, les apports en provenance d’Italie sont limités (météorologie défavorable et crise sanitaire) et les cours en fenouil restent élevés. Les derniers lots de litchi s’écoulent sur le marché. La campagne d’agrumes est bien avancée et les variétés tardives se positionnent sur un marché porteur. La campagne de poire est sur le déclin et les derniers lots s’écoulent facilement. La demande se relâche et les cours s’effritent pour la gamme des produits exotiques (melon, cerise). En fruits rouges, les cours restent élevés en framboise et s’érodent en fraise.

viandes {PNG}Produits carnés
La fréquentation dans le secteur des produits carnés est limitée. Le climat froid favorise la consommation d’articles d’hiver (quartiers avants, basses de veau, poules, coqs…).

poissons {PNG}Produits de la mer et aquaculture
Les ventes restent toujours très lentes sous la halle des produits de la mer. Il est coutumier de constater au mois de janvier les effets du rassasiement des consommateurs après les fêtes de fin d’année. La restauration collective et commerciale absorbe une partie du disponible mais reste limité à des produits standard. À ce titre, le cabillaud tire son épingle du jeu. À l’inverse l’ensemble est orienté nettement à la baisse particulièrement pour les espèces de la marée fine et les crustacés.

Fleurs {PNG}Fleurs coupées
Le marché est peu animé sur l’ensemble de la semaine, les cours sont revus à la hausse en raison d’un manque de marchandise sur les zones de production. Les producteurs plantent moins du fait d’un coup de revient onéreux sur le chauffage et les bulbes. Sur le marché de Rungis, la clientèle reste prudente sur son approvisionnement. Les gens sortent peu, avec le virus du Covid et les prix élevés freinent les ventes.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Accès aux archives sur 2 ans : cliquez ici

Accès à toutes les cotations du RNM : cliquez ici
Depuis le 01/01/2019, le Réseau des nouvelles des marchés (RNM) vous propose un accès gratuit et illimité à l’ensemble de ses données et messages.

Les bilans de campagne du RNM : cliquez ici